Chéri, on se fait un BABI ?

BABI - les petits cailloux - blog famille

Si vous avez lu mes articles précédents, vous aurez compris que mes grossesses et la naissance de mes enfants ont été des expériences très différentes à chaque fois.
Pour mes bébés ça n’ a pas loupé, mis à part leur grande ressemblance physique, ils sont diamétralement opposés.

Mon petit gravier était un bébé RGO, qui prenait peu de poids. Quinze jours après être sorti de la maternité, il dormait déjà dans sa chambre sans aucun problème. Bébé très sociable, il n’a jamais pleuré dans les bras d’un autre, et nous avons pu le faire garder par ses grand-parents très tôt. Pour les sorties, c’est pareil, il dormait n’importe où, n’importe comment, on ne s’est jamais soucié de cela avant de partir quelque part .
Tout naturellement je pensais que ma pépite serait un peu comme son frère, et encore une fois je me suis bien trompée.

Ma pépite est un BABI. Un quoi ? Un BABI, un bébé aux besoins intenses.
Si vous ne connaissiez pas cet acronyme avant de me lire, rassurez vous, moi non plus je ne savais pas ce que c’était avant d’en avoir un.

BABI - les petits cailloux - blog famille

Donc, ma pépite est un BABI. Cela se caractérise chez elle par un besoin accru de proximité avec papa Cailloux et surtout avec moi.

Le sommeil

C’est un bébé bien portant, qui a fait ses nuits très rapidement, aux environs d’un mois. Parfait, me direz-vous, mais la journée elle vit comme une adulte. Impossible pour nous de lui faire faire des siestes dans son lit. Elle n’arrive à dormir que sur moi.
Pas vraiment pratique si on veut… vivre normalement. Je passe par conséquent toutes mes journées avec ma pépite en écharpe. Cela lui permet de dormir un minimum et me laisse un peu plus de liberté d’action.
Jusqu’à ses 3 mois, la nuit, elle dormait en cododo ou dans une nacelle aux pieds de notre lit. Il lui arrive encore de dormir avec nous quand elle est malade. Concernant le rituel du soir, c’est la même chose, je n’arrive à l’endormir qu’au sein si je veux pouvoir la coucher par la suite dans sa chambre. Oui je sais “c’est mal”, je lui donne de “mauvaises habitudes”, bouuuh la vilaine mère indigne qui préfère rassurer son bébé au sein plutôt que le laisser hurler une heure tout seul dans son lit… En attendant elle dort, et pour moi c’est l’essentiel.

L’hypersensibilité

Lors de la visite du 2ème mois, la pédiatre nous a lancé: “Ha mais vous nous avez fait une petite hypersensible madame Cailloux !”
Hypersensible, c’est le bon mot, elle ne supporte pas d’être éloignée de moi. Au début, même son papa ne pouvait pas la garder sans qu’elle se mette à hurler. Elle n’arrivait à se calmer que dans mes bras.
Aujourd’hui, il y a du mieux avec papa Cailloux mais il reste très compliqué de la faire garder par de tierces personnes comme ses grand-parents. Nous faisons le test ponctuellement, sur de courtes durées pour la préparer petit à petit à ma reprise du travail, mais pour l’instant rien n’y fait, dès que je m’absente c’est toujours le même scénario, hurlements jusqu’à ce qu’elle s’endorme d’épuisement.
Elle est également très réactive aux bruits qui l’entourent. Un bruit un peu trop fort ou désagréable, et une petite moue boudeuse se transforme systématiquement en crise de larmes.

Certes il n’est pas facile d’organiser son quotidien avec un bébé comme celui là. Cela nécessite d’être toujours disponible pour lui, et c’est physiquement épuisant, j’ai d’ailleurs craqué un bon nombre de fois devant ce petit être qui m’en demande tant. Mais il y a aussi de réels avantages à avoir un petit BABI.
En effet, son hypersensibilité s’est traduit très tôt, par de grands sourires voire des éclats de rire. C’est un bébé très expressif qui sait véritablement nous faire comprendre ce qu’elle ressent, ses joies comme ses peines.

L’hyper-tonicité

Un autre des avantages à être toujours en écharpe en position physiologique, est que ma pépite a développé une grande tonicité musculaire.
Très tôt elle a tenu sa tête. A 4 mois elle se retournait du dos sur le ventre et inversement. Lorsqu’on l’assoit elle se tient le dos droit avec beaucoup de facilité.
Je suis pour la motricité libre, j’encourage mes enfants à évoluer au sol autant que possible sans jamais forcer les positions. Je suis intimement convaincue que le fait qu’elle ait besoin d’être aux bras tout le temps a fortement développé son tonus musculaire.

Gérer un BABI au quotidien n’est pas simple, qui plus est avec un ainé en bas âge dont il faut aussi s’occuper. Cela demande plus de tout. Plus de patience, plus d’investissement, plus de recul.
Je me demande souvent si son hypersensibilité est liée à la façon dont j’ai vécu ma grossesse. J’étais beaucoup plus angoissée pour celle-ci que pour celle de mon petit gravier. Malgré tout je ne regrette pas que ma petite pépite ait ce tempérament là. C’est déjà le signe d’un caractère bien trempé.

Et vous, avez-vous eu un petit BABI ? et comment avez-vous vécu cela ?


Article en lien: la reprise du travail

Epingle Pinterest:

Chéri, on se fait un BABI _ Caractéristiques d'un bébé aux besoin intenses

Vous aimerez aussi

article précédent
article suivant

11 Commentaires

  1. Reply
    Picou
    février 19, 2017 at 4:46

    j'ai eu la chance d'avoir deux filles très calines, mais pas BABI! Ca doit être épuisant au quotidien…Et oui, pour la faire garder aussi…tu t'es renseignée pour savoir si ça durait longtemps? Tu n'as pas encore repris le travail à ce que je comprends?

  2. Reply
    Les Petits Cailloux
    février 19, 2017 at 5:00

    Je reprends le travail le premier avril. J'appréhende énormément cette reprise, ainsi que le sevrage 😣

  3. Reply
    Emilie
    février 20, 2017 at 9:43

    En lisant ton article je me demande si ma fille n'était pas elle aussi un peu hypersensible. Ça expliquerait bien des choses! Dommage que je ne savais pas tout ça à l'époque, ça m'aurait aidé à mieux la comprendre.
    Heureusement ça se calme à mesure qu'ils grandissent.
    En tout cas tes articles sont très intéressants, c'est toujours très agréables (et instructif même si ma fille a maintenant presque 6 ans) de les lire!

    1. Reply
      Les Petits Cailloux
      février 20, 2017 at 10:56

      Merci Émilie pour ces encouragements, ça fait plaisir d'être lue et appréciée

  4. Reply
    elisa
    février 20, 2017 at 9:54

    et ben j'ai le même…la pédiatre m'a dit la même chose. quand il était tout petit et qu'on me disait "oui un bébé ça dort et ça mange" j'avais envie de frapper les gens…pareil il avait un rythme d'adulte. et ça a peu changé au final…
    pareil "oh il fait bien ses nuits donc c'est le plus important". oui enfin toute la journée sans pause c'est très crevant….
    courage ! (à nous deux lol)

    1. Reply
      Les Petits Cailloux
      février 20, 2017 at 10:58

      J'espère que ça va vite passer! Bon courage à toi aussi, il nous en faut haha!

  5. Reply
    Le choix du roi - Les petits cailloux
    février 11, 2018 at 11:26

    […] Chéri, on se fait un BABI ? […]

  6. […] Chéri, on se fait un BABI ? […]

  7. […] A lire aussi: Chéri, on se fait un BABI ? […]

  8. Reply
    Lyine
    novembre 6, 2018 at 11:10

    J ai découvert ce terme il a vraiment pas longtemps et ma fille est totalement un BABI ça m a fait un bien fou qu un mot existe c est dingue mais vrai, elle est collé a maman et même si papa arrive a la calmer de tps en tps il n y a que dans mes bras qu elle s apaise vraiment. Elle exprime sa joie comme jamais elle hurle de joie j adore ça, elle hurle aussi de peurs ou de mécontentement. Elle exprime très bien ces émotions même si elles sont parfois excessive. On vis en écharpe depuis sa naissance et a 8mois elle commence a peine a rester quelque minute sur son tapis seule mais m appel vite parce qu elle s ennuie. Elle savait déjà levé sa tête a la naissance et sa tonicité n a cessé de nous surprendre il ne fallait pas “oublié” qu elle été nouveau née et donc de quand même soutenir sa tête. C est une pipelette et elle bouge sans arret. Elle ne dors jamais seule, la nuit l angoisse et la journée elle a aussi besoin de moi pour les siestes. Au début j étais perdu je n’ arrivais a rien faire, je me sentais dépassé puis rapidement j ai appris a lâché prise, tant pis pour les tâches ménagères ou autre , mon bébé avant tout et finalement j arrive a faire bcq plus de chose avec cette philosophie. Elle m apprends a faire une chose après l autre puisqu elle ne m en a pas laissé le choix et finalement c est pas plus mal la vie comme ça aussi. On est collée, fusionnelle. J ai appris a ne plus rien faire seule mais finalement on est bien toute les deux, papa est là aussi elle a aussi besoin de lui 🙂

  9. Reply
    Valou
    décembre 7, 2018 at 11:50

    Je reconnais un peu ma fille là-dedans.
    Elle a un gros besoin d’être à bras (c’est ma sage-femme qui me le disait) donc écharpe, et bras. Elle faisait pas de sieste la journée mais faisait ses nuits, elle dormait dans mes bras et impossible de la déposer. Donc pendant trois mois beaucoup de câlins, mais en parallèle j’avais une formation et devait travailler pendant les grandes vacances et du coup je devais demander pour qu’on me la garde (pas longtemps)pour moi souffler et travailler. Et elle pleurait quand je la déposais et partais, avec le papa ça allait (très impliqué dans son rôle de papa).

    Depuis que j’ai commencé la diversification elle fait ses siestes et ça va beaucoup mieux. Elle pleure facilement mais la maman aussi est très sensible.
    Ma fille s’est endormie au sein et je l’ai jamais laisser pleurer plus de 10 min (même avec les coliques) et je m’en fou de ce que disent les autres même si je me suis prise des remarques.

Laisser un commentaire