Apprendre à jongler

apprendre à jongler

J’ai toujours eu envie d’apprendre à jongler. A deux balles, trois, ou soyons fous même quatre. J’aurais bien aimé être équilibriste aussi. Pouvoir me promener aisément sur un fil sans tomber.

Mais j’ai réalisé que je savais déjà faire tout ça. Je suis sans cesse en train de jongler et chercher l’équilibre. Pas avec des balles ou sur un fil bien entendu, mais avec des rôles.

Les jolis rôles ma vie

Je me suis amusée à les énumérer la dernière fois. Quels sont les rôles principaux qui me définissent en tant que personne ? Il y a le rôle de fille (l’enfant de mes parents), le rôle de femme, celui d’épouse, le rôle de mère, le rôle d’amie ou encore celui de salariée. Six rôles pour une toute petite personne. N’est-ce-pas un peu trop ? Et je jongle, je cherche l’équilibre délicat en essayant de ne pas tomber du fil. Comme tout un chacun j’imagine.

Je suis tantôt la mère qui console et contre qui on se blottit, tantôt la fille qui cherche du réconfort auprès de ses parents. Je suis tantôt la femme qui se veut coquette pour plaire à son amoureux, tantôt la bonne copine à qui on se confie et qui confie à son tour; tantôt l’employée qui a à cœur de bien faire son travail.

Apprendre à jongler, c’est faire tomber des balles. En laisser quelques unes sur le côté pour maîtriser la technique avec les principales, celles qui comptent le plus.

Ainsi ces dernières années j’ai jonglé avec la maternité et avec le travail, oubliant un peu la femme, laissant de côté l’amie, bâclant un peu l’épouse. Ces rôles qui jusque là prenaient toutes la place, je les ai rangés dans une petite boite en me disant que je les ressortirai bientôt. Puis je me suis élancée sur le fil tendu de l’éducation. Un pas, puis un autre, je cherche l’équilibre, j’avance doucement en prenant confiance mais sans oublier que tout est si fragile.

Et un jour, on tourne en rond, comme un poisson dans son bocal. Travail, enfants, travail, enfants. Quand on sait à peu près jongler à deux balles, on a envie d’en prendre une troisième.

Si j’ouvrais cette boîte ? Pour retrouver la femme. Celle qui aime le fard à paupière et le parfum. Celle qui se délecte des bulles d’un bain moussant et qui s’apprête pour sortir. Ou alors l’amie. Celle qui danse avec insouciance jusqu’au petit matin, celle qui s’enivre de douceurs sucrées, prodigue de bons ou mauvais conseils, et surtout rit aux éclats.

Finalement une fois qu’on sait bien jongler à deux balles, en ajouter une de plus n’est pas si difficile. Il suffit de rester concentrée.

Je renoue petit à petit avec tous les rôles de ma vie. La femme, l’épouse, l’amie… Je les incorpore tels des ingrédients dans une recette.

Bientôt je saurai traverser ce fil les yeux fermés, en jonglant avec six balles.

Nous sommes tous équilibristes, n’est-ce pas ?


apprendre à jongler

Épingle Pinterest:

Apprendre à jongler, chercher l'équilibre dans sa vie

Vous aimerez aussi

article précédent
article suivant

22 Commentaires

  1. Reply
    Mamansem
    mars 1, 2018 at 8:53

    J’adore y’a façon d’emmener les choses . Tu as raison, nous sommes toutes et tous des équilibristes. J’ai souvent tendance à oublier qu’il faut rajouter les balles au fur et à mesure. Longtemps j’ai voulu jongler de suite avec 6balles. Je suis tombée, j’ai recommencé et aujourd’hui j’essaie d’être moins dure envers moi et me donner le temps de les incorporer comme des ingrédients ,comme tu le dis si bien. Aujourd’hui je jongle avec la mère, l’enfant, l’amie, la salariée, la femme. Je devrai rajouter l’épouse d’ici quelques temps 😍😍😘

    1. Reply
      Lauriane
      mars 6, 2018 at 11:22

      Merci pour ton commentaire ! Pas evident mais je pense qu’avec le temps et l’expérience on devient de vrais acrobates! Bises

  2. Reply
    Bébé est Arrivé !
    mars 1, 2018 at 9:02

    Le jonglage est le talent de chacune d’entre nous 😉

    1. Reply
      Lauriane
      mars 6, 2018 at 11:22

      On pourrait monter une troupe ! 😂

  3. Reply
    Sarah
    mars 1, 2018 at 9:03

    J’adore…

    1. Reply
      Lauriane
      mars 6, 2018 at 11:23

  4. Reply
    Picou
    mars 1, 2018 at 9:16

    Encore une fois un article parfait! Bien vu, tu as raison on cherche d’aborde l’équilibre avec ce qu’on peut et on devient de vraies funambules…

    1. Reply
      Lauriane
      mars 6, 2018 at 11:24

      Merci ! Et oui on tient le bon bout! 😊

  5. Reply
    Virginie Neleditesapersonne
    mars 1, 2018 at 9:45

    Il est superbe cet article !
    La métaphore est parfaite, et la rédaction l’est tout autant !

    1. Reply
      Lauriane
      mars 6, 2018 at 11:29

      Ho Merci, c’est vraiment adorable! 😘

  6. Reply
    petitsruisseauxgrandesrivieres
    mars 2, 2018 at 9:55

    Très jolie symbolique, extrêmement vraie ! Moi aussi j’ai tendance à délaisser la balle féminine. C’est un peu inévitable avec de très jeunes enfants. Passé l’hiver, la gastro, les rhino-pharyngites et réveils nocturnes associés, la balle féminine va pouvoir rentrer dans le jeu !

    1. Reply
      Lauriane
      mars 6, 2018 at 11:35

      J’ai hate que le printemps arrive, ça donne aussi un peu plus envie de se pomponner 😊

  7. Reply
    Claire
    mars 2, 2018 at 11:19

    Oui, des équilibristes, je crois que c’est tout à fait ça 🙂

    1. Reply
      Lauriane
      mars 6, 2018 at 11:35

      😉 tu veux rejoindre la troupe ?

  8. Reply
    Madame Bobette
    mars 2, 2018 at 11:34

    C’est tellement ça! C’est tout un art de jongler entre nos différentes facettes!!

    1. Reply
      Lauriane
      mars 6, 2018 at 11:36

      Même si ce n’est pas évident tous les jours…

  9. Reply
    Maman Sur Le Fil
    mars 2, 2018 at 8:37

    Oui, toutes sur un fil… C’était d’ailleurs une des raisons du nom de mon blog… Alors ton billet me parle bien. On apprend effectivement au fil du temps à équilibrer tout ça, sans tomber, sans laisser tomber une balle !

    Beau billet…

    Virginie

    1. Reply
      Lauriane
      mars 6, 2018 at 11:38

      Oui, j’ai d’ailleurs pensé a toi en l’écrivant 😊
      Bises

  10. Reply
    Sonia
    mars 5, 2018 at 11:55

    La métaphore est très juste… Et l’article vraiment beau et bien écrit. Je n’ai jamais toutes les balles en mêmes temps, je les échange (sauf celle de la mère) par choix et pour justement ne pas oublier le principale, celle qui jongle, moi.

    1. Reply
      Lauriane
      mars 6, 2018 at 11:40

      Merci c’est tres gentil, moi j’y vais a mon rythme sans me presser sinon je me laisse trop submerger 😊 bises

  11. Reply
    Kiara
    mai 18, 2018 at 2:38

    Bonjour,
    J’aime bien cette façon de voir les choses, car c’est vrai que nous sommes tous équilibristes et jongleurs. Même si ce n’est pas toujours facile, on y arrive avec de la pratique.

  12. […] Article similaire: Apprendre à jongler […]

Laisser un commentaire