Mais ça c’était avant !

Mais ça c'était avant - les petits cailloux - blog famille

Avant de devenir maman, j’avais un avis très tranché sur le comportement des mères en société et sur les réseaux.
En couple, trentenaire sans enfants, j’avais une vie bien remplie. Entre mon travail, les sorties entre copines, apéros bière – rosé – mojito (ça fait un peu alcoolo comme ça), le shopping, le coiffeur, les restos avec mon cher et tendre, les petits concerts et autres ciné, je me délectais de ces moments de liberté sans pour autant en avoir vraiment conscience.
Et il y a une chose chez les mamans qui m’horripilait par dessus tout: la sale manie qu’elles ont de tout ramener à leurs enfants.

Je ne comprenais pas pourquoi le compte Facebook de 80 % des jeunes mamans était en fait le compte Facebook de leurs enfants.
Un petit statut où on s’extasie sur le “zeuzotement” trop mignon de son bébé; un véritable album photos des enfants chéris, allant du premier vomi, en passant par les premières purées, les premiers pas, le premier caca sur le pot, bref toutes les premières fois les plus anodines soient-elles.
Et alors le pompon si j’ose dire, ce sont les espèces de proverbes et autres chaines aussi niaises les unes que les autres type “si toi aussi tu aimes ton enfant plus que tout et qu’il est le rayon de soleil de ta vie, partage, sinon la foudre s’abattra sur toi et tu mourras du cancer de la connerie “… Ouups je m’ égare…

Même en sortant du cercle des réseaux, au boulot, j’avais tendance à fuir les tables de mamans le midi à la cantine, car le seul sujet digne de leur intérêt était la vilaine gastro de leur grand, la poussée dentaire de leur petit dernier, ou les hémorroïdes lors du deuxième trimestre de grossesse.
Je les regardais évoluer autour de moi, me parant de mon plus bel air condescendant.
Ces femmes n’ont-elles rien d’autre dans leur vie à part leurs enfants ? Comment ont-elles pu s’oublier à ce point ? Je me plaisais à ironiser sur leurs conversations, me foutant presque ouvertement de leur gueule. Oui je sais, c’est mal…
Il y avait toujours cette phrase qui résonnait en moi, “MOI quand j’aurai des enfants, plutôt crever que passer ma vie à parler d’eux !”
Bien que je les adore, vraiment je ne comprenais pas comment ces petits morveux pouvaient devenir le centre du monde au point de ne plus parler que de ça.
Pour les sorties, ou lorsque je voyais des copines mamans, c’était la même chose. Il suffisait qu’il y en ai deux dans la même pièce pour que les sujets de conversation tournent en boucle autour de leurs mioches. Très désagréable pour quelqu’un qui ne connais pas la maternité et qui donc ne peut pas participer en partageant son expérience. On se sent forcément un peu exclu.

Et puis ils sont nés, et là j’ai compris.

J’ai compris qu’une maman d’enfants en bas âges avait beaucoup moins de temps pour elle et que cela avait forcément une incidence sur sa vie sociale.
J’ai compris que devenir Maman est une expérience tellement intense qu’on a forcement envie de la partager.
J’ai compris que parler de nos enfants avec d’autres mamans était aussi un moyen de se rassurer et d’apprendre.
Et je me suis mise à faire comme les autres. Je me suis extasiée sur Facebook. J’en ai fait l’album photos de mes gosses (parce qu’ils sont si beaux). J’ai parlé d’épisiotomie à la cantine et j’ai fait chier tout le monde au resto en discutant du rythme de sommeil de mon bébé avec une autre maman (désolée).
Je suis devenue cette maman dont je me moquais et je ne le regrette pas.

Mais ça c'était avant - les petits cailloux - blog famille

En côtoyant les gens, j’ai la sensation que nous nous comprenons de moins en moins, qu’un fossé se creuse entre d’un côté les jeunes parents et de l’autre, les personnes n’ayant pas d’enfant.
Pourquoi cela ennuie-t-il autant les nullipares de voir le bonheur et les soucis des parents étalés en place publique ? Sans doute y avait-il une part de jalousie au fond de moi, je ne saurai le dire.
Pourquoi les jeunes mamans ne font-elles pas également plus d’efforts pour épargner certains sujets à leurs fréquentations nullipares ?
Comme toujours, le temps a fait son œuvre. Certaines fréquentations se sont éloignées, d’autres se sont rapprochées et quelques bonnes surprises ont refait surface.


Article en lien:

La baisse du taux de natalité

Épingle Pinterest:

Mais ça c'était avant ! Ce que je reprochais aux conversations de mamans

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi

article précédent
article suivant

13 Commentaires

  1. Reply
    Picou
    mars 24, 2017 at 3:28

    Oui, j'ai encore des amies qui n'ont pas d'enfant, et j'essaie toujours de prendre ça en compte quand je suis avec elles. Mais c'est difficile pour une maman de ne pas en parler – après tout après en avoir eu, ces chers petits forment quand même quasiment toute notre petite vie quotidienne, du coup, l'inverse se produit et les mamans finissent pas se sentir exclues quand on parle de ciné, de concerts, d'expos, de nouveaux bars ou de shopping…Comme si les deux mondes ne pouvaient pas s'entendre complètement, malgré les efforts des unes et des autres. Après, il faut savoir garder l'équilibre! Avoir des enfants ce n'est pas arrêter d'être nous-mêmes…et puis avec un blog, c'est bien, tu peux te lâcher dessus, ceux que ça intéresse te lisent, et pas les autres; et du coup tu blablates moins de tes gosses au quotidien ;o)
    PS : on est bien d'accord, toutes ces chaines aux messages philosophico-culcul sur facebook, qu'est ce que c'est saoulant!! (d'ailleurs souvent les messages qui tournent sont bas de plafond, hein…quand c'est des articles vraiment intéressants, bizarrement, y'a moins de partages…)

    1. Reply
      Les petits cailloux
      mars 24, 2017 at 4:20

      on est d'accord Picou! l'important c'est de garder un équilibre comme tu le dis!
      Et je ne les supporte plus ces chaines, d'ailleurs j'ai du mal à comprendre qu'elles aient autant de partages!!!

  2. Reply
    Poppy
    mars 24, 2017 at 9:24

    Toi avant c'est moi maintenant ! Mdr par contre j'apprécie de parler des enfants de mes amies mais uniquement si ce n'est pas le seul sujet de conversation lorsqu'on se voit. Tu vois c'est marrant mais moi quand je vois des mamans parler entre elles je n'ai pas l'impression quelles échangent et apprennent mais plus qu'elles attendent leur tour pour parler de leur enfant et avoir un auditoire…. je ne dis pas que c'est comme ça partout hein mais c'est clair que les conversations 100% couches… je les fuis ! Lol surtout que si tu as le malheur d'essayer de participer on a vite fait de te moucher d'un "oui mais toi tu n'as pas d'enfant !) Bref tu l'as compris ton article me parle totalement !

    1. Reply
      Les Petits Cailloux
      mars 25, 2017 at 6:23

      Merci Poppy ! Comme je te comprends, c'est très frustrant de se faire remettre à sa place dans une conversation au seul motif que tu n'as pas d'enfant. Ça donne encore moins envie de rester 😂

  3. Reply
    Maman Nouille
    mars 24, 2017 at 10:59

    J'ai eu le même cheminement que toi. J'ai ouvert un blog histoire de pouvoir m'épancher sur les gazouillis de mon fils en épargnant mon entourage. N’empêche que je me rend compte que j'en parle quand même beaucoup, beaucoup… quand je m'en aperçois, j'essaie de me modérer, et puis je me dis que quand même, c'est vachement intéressant mes histoires de gamins XD
    Quant aux nullipares, elles verront quand elles auront des enfants… réflexion horripilante quand on n'a pas d'enfant et qu'après tu trouves tellement vraie…..

    1. Reply
      Les Petits Cailloux
      mars 25, 2017 at 6:27

      C'est vrai que le blog est un excellent moyen de se décharger de tout ce que l'on a à dire! Mais pas évident tout les jours de se contenir !!!

  4. Reply
    Ma petite fabrique à rêves
    mars 25, 2017 at 7:00

    C'est vrai que devenir parent change beaucoup notre façon d'appréhender les choses et notre vision du monde. Nos petits deviennent notre principale préoccupation et c'est normal d'avoir envie d'en parler.
    Pour ma part, entendre mes amies parler de leurs enfants était plus un déchirement pour moi qui désirait plus que tout en avoir un et ne pouvait en avoir à ce moment-là.

    1. Reply
      Les petits cailloux
      mars 25, 2017 at 7:38

      Sur le coup je n'ai pas pensé à aborder cet aspect là dans mon article, j'ai eu l'immense chance d'avoir des bébés arrivés plus vite que leur ombre.. mais évidemment cela doit être très dur d'entendre parler tout le temps des enfants des autres quand on a des difficultés à tomber enceinte, surtout quand les mamans n'ont pas la décence de se contenir

  5. Reply
    Les Délices de framboise
    mars 28, 2017 at 11:59

    ah j'aime tellement cet article.
    Avant bébé c'est pareil, je ne comprenais pas forcément pourquoi ces mamans ne parlaient que de leurs enfants ou pourquoi elles organisaient l'emploi du temps en fonction d'eux. Tu leur donnais une heure, ils arrivaient plus tard car bébé dormait ou il y a eu un accident couche ou autre entre temps.
    Maintenant je les comprends, je passe mon temps à le photographier, à parler de lui, j'aime qu'on me reparle de mon accouchement 😀
    Comme ma petite fabrique à rêves, pendant un temps quand mes amies parlaient bébé ça me brisait de l'intérieur car moi je galéjais à tomber enceinte mais on peut pas leur en vouloir de partager leur bonheur.
    Bisous

  6. Reply
    Boubou
    mars 30, 2017 at 8:31

    Et oui, avoir des enfants ça change la donne. J'ai écris un billet sur le sujet aussi aha. Au plaisir de te lire !
    Bisouuus

  7. […] Article similaire: Mais ça, c’était avant […]

  8. Reply
    petitsruisseauxgrandesrivieres
    mars 1, 2018 at 10:45

    A mon travail, il y a eu une période où nous n’étions que des femmes en âge de procréer, enceintes, ou jeunes mères, et UN mec.
    Il a tout appris sur la grossesse, l’accouchement, l’épisio, la réeducation du périnée, l’allaitement, etc… de temps en temps quand on discutait de choses un peu gore, il criait “Arrêtez les filles, je suis là ! ”
    Je pense qu’il nous remerciera car depuis il s’est marié, et nous avons fait son éducation de futur père :-))

    1. Reply
      Lauriane
      mars 6, 2018 at 11:33

      Mais oui on leurs apprend la vie, la vraie 😂

Laisser un commentaire