Lifestyle

Vilain défaut

Avez-vous déjà eu cette sensation d’avoir quinze idées à la minute, douze projets en cours, des envies de tout changer tous les six mois ?

C’est sans doute un de mes plus gros défauts. Les idées versatiles naissent dans ma caboche, je plonge tête première me donnant corps et âme, nuit et jours, puis tout s’arrête avant la fin. Le projet s’essouffle, disparait aussi vite qu’il est arrivé.

J’impose mes lubies à mes proches, il me faut tout, tout de suite, réminiscence de l’enfant gâtée qui sommeille en moi.

vilain défaut

Par exemple un jour, j’ai voulu me mettre au tricot. J’ai acheté tout un matériel de compétition, aiguilles de toutes les tailles, trois ou quatre types de laines différentes, des bouquins pour « tricoter facile », une petite machine pour faire des pompons. Je me voyais déjà habiller mon mari et mes enfants, cobayes volontaires de mes créations. J’ai tricoté pendant deux semaines, non-stop. Tous les soirs, dès que j’avais cinq minutes, j’avais les doigts en feu. Puis un jour, J’ai simplement arrêté et jamais repris mes aiguilles. Les pelotes de laines s’entassent au fond d’un placard avec quelques écharpes ou bonnets inachevés, et la machine à pompons n’a jamais servi.

Il y a quelques années j’ai voulu m’inscrire dans une salle de sport. Grave erreur. Je sais que vous devinez ce qui s’est passé ! Pleine de bonne volonté, je suis allée fouler le tapis un jour sur deux. Je m’y suis même rendue le matin avant le travail, à 06 h30… Oui j’y suis allée… Trois mois… Puis un jour j’ai simplement arrêté. Et bien entendu, je suis restée abonnée l’année entière, juste au cas où, on ne sait jamais.

Les cursus universitaires, on en parle ? Sur trois cursus, deux ont été abandonnés en cours de route dont un à deux mois de la fin. Et la liste est longue je pourrais continuer comme ça très longtemps. Je commence toujours tout sur les chapeaux de roues pour ensuite arrêter du jour au lendemain.

Au début, quelle que soit l’activité, je suis toujours très enthousiaste, motivée et investie. J’y passe des heures, je suis minutieuse. Je veux faire bien, mieux que bien, et je veux y arriver vite.

Si j’avais un thérapeute, il me dirait certainement que mon besoin pathologique de commencer une tache sans la finir est le reflet de ma peur de l’échec. Que Nenni gentil psy imaginaire ! je suis simplement trop pressée, peut-être un peu trop exigeante avec moi-même, je ne me laisse pas le temps d’aller au bout des choses. Et puis du temps après tout, je n’en ai pas beaucoup ! Le fait est que je change d’avis comme de chemise, que je passe d’un projet à l’autre tout le temps.

Finalement la petite constante c’est ce blog, j’y reviens toujours. Avec plus ou moins de régularité mais il a le mérite d’être toujours là.

Et vous, quel est votre vilain défaut ?


Épingle Pinterest:

7 commentaires

  • Soja

    Hey. 🙂

    Mais tu es moi, ou je suis toi?!
    La machine à pompons ne m’a pas eu mais les 3cm de poussière sur la machine à coudre de grand’ mamie se rejouissent de mon abandon. Remarque mini Gazouillette et son papa sont allergiques à la laine (c’est un signe?).

    Jusqu’à présent j’étais presque honteuse de mes plein tiroirs de ” je veuuuuux faire ça”.
    Alors MERCI, ce soir je sais que je ne suis plus seule. 😉

  • Charlotte - Enfance Joyeuse

    J’ai un peu le même vilain défaut.. Pas pour tout mais j’ai parfois des “passions” qui me viennent et… qui repartent aussi sec, certainement car je n’arrive pas à mes fins aussi vite que j’aurai aimé haha :p Mais j’y travaille 😉 Merci pour ce petit billet d’humeur bien sympathique qui m’a fait me questionner moi aussi 😉

    • Lauriane

      Mais je t’en prie ! Et ça me rassure aussi de me dire que je ne suis pas seule ! Je me dis aussi que c’est notre créativité qui parle 😊

  • Virginie Neleditesapersonne

    Je rigole en te lisant car j’ai en ce moment même sous les pieds (enfin un peu à côté) (enfin on s’en fout) une machine à coudre qui est là depuis 5 ans qui a dû servir 2h. Dans le tiroir à ma gauche, se trouvent des petits pots de confiture miniature (comme ceux des hôtels) (que je continue de récupérer dès que je peux) (mais ça aussi, on s’en fout), minutieusement remplie de petites perles, rubans, chaines et breloques, à côté d’un attirail à faire pâlir n’importe quel créateur de bijoux fantaisie. Stock : de quoi remplir une boutique. Production : 2 paires de BO et un bracelet.
    Bref… je vois bien le truc 😉
    Mais que veux-tu, c’est pas l’envie qui manque mais le temps, non ?! Et puis il faut essayer pour savoir si ça nous plait vraiment, non… 😉

    • Lauriane

      Haa mais les bijoux je n’ai pas encore essayé ! Ca me tente bien 😂 ! C’est sur que le temps manque… peut-être qu’un peu plus de temps nous aiderait à persévérer, quoi que !

  • Elisa

    Ah ben moi, j’avais des trucs comme ça plus jeunes…Maintenant, c’est un peu différent. Je repère un sujet qui m’intéresse, je deviens passionnée, j’essaye d’en apprendre un max et puis au bout de quelques jours, quelques semaines, j’ai l’impression d’en savoir assez, de m’être fait ma propre expertise et je passe à un autre sujet…ps: j’ai aussi un sac rempli de laine et d’aiguilles à tricoter. Ma production est de 8 écharpes en 11 ans haha

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *